Thérapie des méridiens

Cliquez sur le titre pour lire le segment de texte correspondant.

Le terme «méridien» provient de la médecine traditionnelle chinoise MTC, pratiquée depuis plusieurs milliers d’années en Chine. Méridien se dit «jingluò» en chinois: «jing» signifie «chaîne», ou les fils verticaux sur le métier à tisser, «luò» signifie «trame» ou les fils horizontaux du tissage. Les français ont proposé la première traduction du terme «jingluò» en optant pour le mot «méridien» par analogie avec les méridiens de la terre. Aujourd’hui cette traduction s’est répandue dans le monde entier, excepté en Asie. Il s’agit des voies énergétiques du corps. L’expression «thérapie des méridiens» est un concept général qui englobe toutes les formes thérapeutiques qui reposent sur un traitement des méridiens.

Le traité médical de base sur les principes de la MTC est le «Huang Di Nei Jing», le «Livre de l’empereur jaune sur la médecine interne», qui date probablement de 200 av. J.-C.. On y énonce pour la première fois les concepts essentiels de la MTC, tels qu’ils sont encore en vigueur aujourd’hui, ainsi que le concept des méridiens.
La MTC pouvait traiter avec succès les affections simples de la vie quotidienne mais était impuissante contre les maladies graves. Le chirurgien, tel que l’on le conçoit aujourd’hui, n’existait tout simplement pas. Voilà pourquoi, au 19e siècle, après l’introduction de la médecine occidentale, le système médical traditionnel fut d’abord relégué à l’arrière-plan. Sa pratique fut même partiellement interdite en Chine en 1929. Dans les années 1950, le gouvernement communiste de la jeune République populaire de Chine commença à promouvoir les anciens biens culturels nationaux. Dans cet esprit, on s’empressa de ranimer et d’améliorer la tradition médicinale de la MTC. Ainsi naquit la MTC «moderne».
Aujourd’hui, la MTC est enseignée dans les universités chinoises parallèlement à la médecine occidentale. Une partie des établissements médicaux en Chine travaille selon les principes de la médecine traditionnelle. En cas de maladie, le patient peut choisir librement le type de traitement qu’il souhaite.
Dans les années 1970, la République populaire de Chine commença à s’ouvrir vers l’extérieur et les méthodes de MTC firent leur apparition en Amérique du Nord et en Europe. L’acupuncture vécut un véritable boom à cette époque. En 1995, les autorités chinoises publièrent les critères diagnostiques et thérapeutiques unifiés de la MTC. Ils souhaitaient ainsi encourager le développement international de la MTC. Actuellement, les méthodes de MTC sont largement répandues dans les pays occidentaux: de nombreuses cliniques et cabinets médicaux proposent des traitements de MTC, des nutritionnistes enseignent la diététique chinoise, des physiothérapeutes appliquent les traitements Tui-Na et les sages-femmes utilisent l’acupuncture lors des accouchements. Dans les pays occidentaux, on apprécie tout particulièrement les plantes médicinales chinoises qui sont devenues entretemps un des plus importants produit d’exportation de la Chine. La diffusion de la MTC hors de la Chine a également permis des développements qui sont restés inconnus en Chine, comme par exemple, l’acupuncture pour les animaux.

La MTC voit l’homme comme une entité qui est intégrée dans la nature et dans le système du Yin et du Yang. Le Yin et le Yang représentent des forces ou des formes énergétiques opposées mais aussi complémentaires, maintenues en mutation continuelle par leur relation de réciprocité, comme par exemple le jour et la nuit, la terre et le ciel ou le chaud et le froid.
L’alternance dynamique du Yin et du Yang engendre l’énergie vitale de la nature, le Qi. Le Qi se trouve à l’origine de toute chose vivante et génère également l’énergie vitale du corps humain. Il protège le corps des maladies, favorise la croissance et le développement, stimule la fonction des organes internes, produit et distribue le sang et les humeurs, contrôle la température corporelle et régule l’équilibre hydrique et la digestion. Cette énergie vitale circule à travers le corps dans les canaux énergétiques, aussi appelés méridiens: d’après le concept de la médecine chinoise, le corps est traversé par 12 méridiens principaux («Jing Mai») et deux «vaisseaux extraordinaires» («Ren Mai»et «Du Mai»). Sur les méridiens, on trouve les points d’acupuncture. Il existe encore d’autres méridiens, vaisseaux et canaux qui croisent les 14 canaux principaux en des points d’acupuncture particuliers. Chaque méridien est relié à un organe, respectivement à un système d’organes. Une direction de circulation est attribuée aux 12 méridiens principaux: les méridiens Yin, coulent des orteils vers le tronc et du tronc vers les doigts; les méridiens Yang, au contraire, vont des doigts vers le visage et du visage vers les orteils. Chaque méridien principal, situé sur le côté gauche du corps, a son correspondant sur le côté droit du corps. L’ensemble des méridiens est régi par un cycle de 24 heures et chaque méridien atteint donc son maximum pendant deux heures. Ainsi par exemple, le méridien Shao-Yin qui est le méridien du cœur, atteint son maximum entre 11 et 13 heures.
Lorsque les éléments Yin et le Yang du corps se trouvent dans un équilibre dynamique, l’énergie vitale Qi peut circuler librement dans le corps et la personne est en bonne santé. Les maladies surviennent lorsque l’harmonie du système Yin-Yang est déréglée et qu’il en résulte des blocages et des stagnations de l’énergie vitale. L’objectif des la thérapie des méridiens est d’éliminer les blocages et les stagnations de l’énergie vitale et d’harmoniser de nouveau la circulation du Qi.

© 2017 Eskamed SA



À la connaissance du RME, les assureurs suivants utilisent actuellement – sous quelque forme que ce soit – l'enregistrement au RME.

Veuillez considérer le fait que ces informations sur les assureurs ne revêtent finalement qu'un caractère informatif et qu'elles ne valident aucun droit au remboursement. Chaque assureur décide librement du remboursement d'une méthode ou non, dans quelle mesure il alloue les remboursements et si le remboursement dépend de dispositions particulières ou d'autres conditions que l'enregistrement au RME. Chaque assureur peut modifier ces décisions à tout moment. Nous vous recommandons de vous informer au préalable auprès de votre assureur sur les conditions actuelles de remboursement et obtenir une garantie de remboursement des coûts.

  • Aquilana Versicherungen
  • Atupri Caisse-maladie
  • Cassa da malsauns LUMNEZIANA
  • CONCORDIA Assurance suisse de maladie et accidents SA
  • CPT Assurance SA
  • FKB Die liechtensteinische Gesundheitskasse
  • Groupe santé Sodalis
  • Helsana Assurances SA
  • innova Krankenversicherung AG
  • KluG Krankenversicherung
  • kmu-Krankenversicherung
  • Krankenkasse Stoffel
  • Krankenversicherung Flaachtal AG
  • Progrès Assurances SA
  • rhenusana
  • sanavals Gesundheitskasse
  • Sanitas Assurance Maladie
  • Sumiswalder Kranken- und Unfallkasse
  • Suva - Assurance militaire
  • vita surselva
  • ÖKK Kranken- und Unfallversicherungen AG