Thérapie par du sang irradié

Cliquez sur le titre pour lire le segment de texte correspondant.

La thérapie par du sang irradié est une variante de l’autohémothérapie. Cette technique consiste à prélever du sang au patient à partir d’une veine, puis à lui réinjecter après l’avoir exposé à un rayonnement UV.

Les véritables fondateurs de l’autohémothérapie sont Grafstrom et Elfstrom, deux médecins suédois qui vivaient en Amérique. Vers la fin du XIXe siècle, ils soignent des patients souffrant de pathologies pulmonaires en leur réinjectant leur propre sang, auquel ils avaient ajouté du sel de cuisine. Ils expliquent le succès de leur traitement par la présence d’anticorps dans le sang de chaque individu.
En 1905, le chirurgien allemand August Bier (1861-1949) remarque que les fractures osseuses guérissent plus rapidement lorsqu’un hématome (épanchement sanguin) se forme à l’endroit de la cassure. Sur la base de ces observations, Bier cherche dès lors à «stimuler» les fractures à la guérison difficile en réinjectant au patient son propre sang pour entraîner une inflammation, jusqu’à l’apparition de rougeurs et de gonflements (thérapie par stimulation). Il attribue le processus de guérison au fait que les inflammations provoquées artificiellement activeraient les forces curatives naturelles du corps.
Dans les années 1920, l’autohémothérapie gagne en popularité et différentes pistes sont étudiées pour optimiser ce traitement. Le médecin suisse Federico Wehrli compte parmi les pionniers en la matière et commence, en 1925, à traiter le sang de ses patients avec des rayons UV. Par la suite, il associe l’irradiation du sang à un traitement par l’oxygène. C’est en 1956 que Wherli présente pour la première fois sa thérapie par oxydation hématogène et l’appareil spécialement conçu à cet effet.
Dans les années 1970 apparaît une variante de la thérapie par oxydation hématogène: la simple exposition du sang à un rayonnement ultraviolet selon la méthode de Siegfried Wiesner (thérapie UVB d’après Wiesner), utilisant une petite ampoule en verre quartzeux à l’intérieur de laquelle le sang est irradié. Cette méthode, qui était surtout utilisée dans l’Union soviétique et en RDA, s’est diffusée depuis en Europe centrale.

Chaque stimulus exercé sur une partie du corps entraîne une réaction de l’ensemble de l’organisme par l’intermédiaire des systèmes de régulation. Dans le cas de l’autohémothérapie, c’est le sang, tout d’abord prélevé puis réinjecté, qui provoque la stimulation. L’organisme identifie le sang comme une substance étrangère, ce qui active le système de défense et dope la production de cellules immunitaires; il en résulte un renforcement global des remparts naturels contre les maladies. L’autohémothérapie peut tout d’abord se traduire par une aggravation des troubles (par exemple une augmentation de la température corporelle), ce qui indique que les forces auto-curatives de l’organisme ont été activées. Grâce au déclenchement de ce processus, la guérison devient possible.
La thérapie par du sang irradié renforce l’effet de l’autohémothérapie en exposant le sang à un rayonnement ultraviolet. Les rayons ultraviolets provoquent différentes réactions chimiques dans le sang, transformant celui-ci en «principe actif». La réinjection du sang activé améliore la circulation, facilite le passage de l’oxygène dans les tissus et stimule le système immunitaire ainsi que le métabolisme.

© 2017 Eskamed SA



À la connaissance du RME, les assureurs suivants utilisent actuellement – sous quelque forme que ce soit – l'enregistrement au RME.

Veuillez considérer le fait que ces informations sur les assureurs ne revêtent finalement qu'un caractère informatif et qu'elles ne valident aucun droit au remboursement. Chaque assureur décide librement du remboursement d'une méthode ou non, dans quelle mesure il alloue les remboursements et si le remboursement dépend de dispositions particulières ou d'autres conditions que l'enregistrement au RME. Chaque assureur peut modifier ces décisions à tout moment. Nous vous recommandons de vous informer au préalable auprès de votre assureur sur les conditions actuelles de remboursement et obtenir une garantie de remboursement des coûts.

  • Aquilana Versicherungen
  • Cassa da malsauns LUMNEZIANA
  • CONCORDIA Assurance suisse de maladie et accidents SA
  • CPT Assurance SA
  • FKB Die liechtensteinische Gesundheitskasse
  • Groupe santé Sodalis
  • innova Krankenversicherung AG
  • PROVITA assurance santé SA
  • rhenusana
  • sanavals Gesundheitskasse
  • Suva - Assurance militaire
  • SWICA Assurance-maladie SA
  • vita surselva

Actuellement, aucun thérapeute n'est enregistré pour cette méthode dans le MEindex.